CSSC : Addendum sur l'aluminium

Temps de lecture : 2 minutes | Publié le 04/05/2021 | Jean (INCI Beauty) | Partager sur

Le comité scientifique européen (CSSC) vient d'émettre un addendum concernant l'utilisation de l'aluminium dans les cosmétiques (voir le précédent avis dans les sources). Celui-ci concerne principalement sa concentration maximale recommandée dans les rouges à lèvres qui passe de 0.77% à 14%.

Notez qu'encore une fois, le consommateur n'a d'autres choix que de faire confiance aux marques (à travers cet avis) et qu'il n'est pas prévu de reporter ces maximas dans la réglementation européenne. En tout cas, depuis un an (précédent avis), aucune nouvelle restriction n'a été mise en place concernant l'aluminium. ALUMINUM CHLOROHYDRATE qui est le plus controversé des aluminiums, n'est par exemple toujours pas réglementé par la législation, et peut être utilisé dans les cosmétiques "légalement" sans aucune limite. Cet avis n'a absolument aucune valeur légale et ne protège en aucun cas le consommateur.

Voici la traduction des conclusions de cet avis :

À la lumière des nouvelles données fournies, le CSSC considère-t-il que l'aluminium est sans danger lorsqu'il est utilisé dans des rouges à lèvres jusqu'à une concentration maximale de 14%? Dans le cas où l'exposition estimée à l'aluminium provenant des rouges à lèvres des produits cosmétiques est jugée préoccupante, le CSSC est invité à recommander des limites de concentration sûres.

À la lumière des nouvelles données fournies, le CSSC considère que l'utilisation de composés d'aluminium est sûre aux concentrations d'aluminium équivalentes suivantes jusqu'à:

  • 6,25% dans les déodorants sans spray ou anti-transpirants sans spray
  • 10,60% dans les déodorants en spray ou anti-transpirants en spray
  • 2,65% dans les dentifrices 
  • 14% dans les rouges à lèvres (précédemment 0.77%)

Le CSSC a-t-il d'autres préoccupations scientifiques concernant l'utilisation de substances aluminium dans les produits cosmétiques compte tenu des informations nouvellement soumises sur l'exposition globale des cosmétiques?

Le CSSC considère que l'exposition systémique à l'aluminium via des applications quotidiennes de produits cosmétiques n'ajoute pas de manière significative à la charge corporelle systémique de l'aluminium provenant d'autres sources. L'exposition à l'aluminium peut également provenir de sources autres que les produits cosmétiques, et une source majeure d'aluminium dans la population est l'alimentation. Cette évaluation n'a pas pris en compte l'apport alimentaire quotidien en aluminium.

Source :

Pour en savoir plus et accéder à toutes les fonctionnalités

Téléchargez notre application !

INCI Beauty est un projet indépendant. Pour le soutenir, vous avez la possibilité de faire un don. Merci.