Avis final du CSSC sur la sécurité des nanomatériaux en cosmétique

Temps de lecture : 16 minutes | Publié le 24/01/2021 | Jean (INCI Beauty) | Partager sur

Le Comité de Sécurité Scientifique Européen (CSSC) a été mandaté par la Commission Européenne pour établir une cartographie des nanomatériaux utilisés en cosmétique. L'idée étant de pouvoir ensuite adapter au mieux la législation, qui reste à ce jour très imprécise sur le sujet. 

Après avoir publié une version 2 du catalogue CE des nanomatériaux (2019) contenant la liste des ingrédients utilisés en tant que nanomatériaux dans les produits cosmétiques, le CSSC rend son avis final sur ceux-ci en fournissant d'une part une liste d'ingrédients classés par ordre de préoccupation décroissante, et d'autre part des opinions spécifiques au sujet de 3 ingrédients pour lesquels les avis sont restés jusque-là non concluants. Il s'agit donc ici d'un état des lieux complet sur les nanomatériaux utilisés en cosmétique.  

L'avis étant publié en anglais, nous avons traduit ses parties les plus importantes, l'annexe I contenant la liste des nanomatériaux classés par ordre de préocupation décroissante ainsi que les conclusions des 3 opinions spécifiques demandées. Notez que pour établir ce document, le CSSC, conformément aux demandes de la commission européenne, a pris en compte comme habituellement, les études fournies par l'industrie de la cosmétique, mais aussi, celles provenant de nombreuses sources scientifiques indépendantes. 

La liste des ingrédients utilisés en tant que nanomatériaux en cosmétique

Cette liste publiée en annexe I de l'avis, est ordonnée par ordre de préoccupation décroissante. Cet avis ne concerne que ces ingrédients lorsqu'ils sont utilisés à l'état de nanoparticules.

COLLOIDAL COPPER (Nano)

Le cuivre (Cu) est un matériau insoluble qui peut se dégrader en cuivre ionique dans certaines conditions. Le cuivre colloïdal est toxique par voie orale et certaines études montrent qu'il conduit à la formation d'espèces réactives de l'oxygène. La pénétration cutanée et la disponibilité systémique des nanoparticules de cuivre sont actuellement peu claires. Les utilisations orales sont également répertoriées dans le catalogue CE (bain de bouche).

On retrouve des utilisations orales du cuivre en cosmétique dans les bains de bouche. Le CSSC a récemment évalué les informations disponibles sur le cuivre (nano) et le cuivre colloïdal (nano). Bien qu'aucune conclusion n'ait pu être tirée en raison du manque de données adéquates, l'annexe II de l'avis préliminaire (SCCS/1621/20) a détaillé les préoccupations du CSSC concernant la sécurité des consommateurs liés à l'utilisation de nanomatériaux de cuivre dans les produits cosmétiques. Les préoccupations concernent une éventuelle absorption systémique de nanoparticules de Cu (et/ou de Cu ionique), qui peut conduire à une accumulation dans certains organes, notamment le foie et la rate. En outre, il existe des indications dans la littérature sur les effets mutagènes / génotoxiques et immunotoxiques / néphrotoxiques potentiels des nanomatériaux de cuivre. Ces aspects soulèvent une alerte qui justifie une évaluation plus approfondie de la sécurité des nanomatériaux de cuivre utilisés comme ingrédients cosmétiques.

METHYLENE BIS-BENZOTRIAZOLYL TETRAMETHYLBUTYLPHENOL (Filtre UV) (Nano)

Le méthylène bis benzotriazolyl tétraméthylbutylphénol (MBBT) est une matière insoluble, persistante et bioaccumulable. Il existe un avis positif du CSSC pour l'utilisation de la forme non enrobée de MBBT comme filtre UV avec certaines caractéristiques spécifiées dans les produits à application cutanée, principalement sur la base d'un manque d'absorption cutanée sous forme de particules insolubles. Cependant, l'avis notait des effets inflammatoires par inhalation, ainsi qu'un manque de clarté en ce qui concerne la génotoxicité/cancérogénicité potentielle. Certaines applications de MBBT répertoriées au catalogue CE peuvent entraîner une exposition par voie orale ou par inhalation, ce qui soulève des inquiétudes quant à la sécurité du consommateur face à l'utilisation de telles applications.

COLLOIDAL SILVER (nano) et SILVER (nano) 

L'argent (Ag) est un matériau à solubilisation lente dans des conditions physiologiques avec libération d'ions argent. En fonction de la concentration et du site de libération, les ions argent peuvent être nocifs en raison de leur capacité à se lier à d'autres substances (par exemple des protéines, des enzymes). Il existe des indications de génotoxicité, d'immuno-toxicité et de toxicité pour le développement du nano-argent. Les applications orales d'argent et d'argent colloïdal sont listées au catalogue CE dans les dentifrices, les bains de bouche, et les produits d'hygiène bucco-dentaire. Ces utilisations sont préoccupantes en ce qui concerne la sécurité du consommateur en raison du potentiel d'exposition systémique aux nanoparticules d'argent.

TRIS-BIPHENYL TRIAZINE (UV Filter) (nano)

La tris-biphényl triazine (ETH50) est une matière insoluble qui n'est pas absorbée par voie cutanée ou orale. Il existe un avis positif du CSSC sur l'utilisation de la forme non enrobée d'ETH50 avec une taille de particule médiane>80 nm comme filtre UV dans les produits à application cutanée, principalement sur la base d'un manque d'absorption cutanée du matériau sous forme de particules insolubles. Cependant, l'avis ne recommande pas l'utilisation de l'ETH50 dans des produits pouvant entraîner une exposition par inhalation en raison du potentiel qu'à la substance à provoquer une forte réponse inflammatoire dans les poumons. Par conséquent, l'utilisation de l'ETH50 dans des produits pouvant entraîner une exposition par inhalation, comme indiqué dans le catalogue CE, soulève des inquiétudes quant à la sécurité de ces applications pour le consommateur.

PLATINUM/PLATINUM POWDER (nano) et COLLOIDAL PLATINUM (nano)

Le platine (Pt) est un matériau insoluble et persistant qui, sous forme non nanométrique, est inerte et ne risque pas de se dégrader ou s'ioniser. Cependant, les nanoparticules de Pt peuvent catalyser en surface des réactions oxydatives qui, dans des conditions biologiques, peuvent entraîner des effets nocifs. Le platine colloïdal fait actuellement l'objet d'une évaluation de sécurité par le CSSC. La forme non nano est également utilisée comme antimicrobien dans les cosmétiques. En raison de sa nature insoluble, persistante et réactive en surface, l'utilisation de nano-forme de platine dans les produits cosmétiques est préoccupante pour la sécurité des consommateurs en raison du potentiel d'exposition systémique aux nanoparticules de Pt.

STYRENE/ACRYLATE COPOLYMER (nano)

Il existe un avis non concluant du CSSC sur l'innocuité du copolymère styrène/acrylate, qui sert à encapsuler d'autres ingrédients cosmétiques. Un tel emballage à l'échelle nanométrique de substances bioactives est préoccupant pour la sécurité des consommateurs en raison du potentiel de distribution à l'échelle nanométrique et de l'effet résultant des substances encapsulées sur des parties non intentionnelles du corps.

CI 77891 (TITANIUM DIOXIDE) (colorant) (nano) et TITANIUM DIOXIDE (Filtre UV) (nano)

Le dioxyde de titane (TiO2) est un matériau pratiquement insoluble et persistant qui est inerte sous forme non nano. Il existe un avis positif du CSSC pour l'utilisation de sa nano-forme comme filtre UV dans les produits à application cutanée, principalement sur la base d'un manque d'absorption cutanée des nanoparticules de TiO2. Cependant, l'avis ne recommande pas l'utilisation de formes nanométriques de TiO2 dans les produits cosmétiques qui pourraient entraîner une exposition par inhalation et provoquer une réponse inflammatoire dans les poumons. Il existe également un problème de sécurité (carcinogénicité potentielle) lorsque l'exposition se fait par inhalation. La forme non nano de TiO2 (qui contient une fraction significative à l'échelle nanométrique) en tant que pigment / colorant dans les produits cosmétiques est actuellement en cours d'évaluation par le CSSC.

SILICA DIMETHYL SILYLATE (nano)

Les préoccupations sont les mêmes que pour la nano-forme de silice, sauf qu'avec une modification hydrophobe pour rendre la surface des particules diméthylées, l'absorption et la disponibilité systémique peuvent être plus élevées par rapport à la silice pure, ce qui soulève une préoccupation pour la sécurité des consommateurs en raison d'un risque accru d'exposition interne aux nanoparticules.

SILICA DIMETHICONE SILYLATE (nano)

Selon le CosIng, il s'agit d'un produit de réaction de la silice avec le polydiméthylsiloxane. Les préoccupations concernant cet ingrédient utilisé sous forme de nanoparticules sont donc les mêmes que pour la silice, sauf que, avec la modification de surface avec le silylate de siméthicone, l'absorption et la disponibilité systémique peuvent être plus élevées par rapport à la silice pure et cela soulève une préoccupation pour la sécurité des consommateurs en raison d'un risque accru d'exposition interne aux nanoparticules.

SILICA SILYLATE (nano)

Les préoccupations sont les mêmes que pour la nano-forme de silice, sauf qu'avec une modification hydrophobe pour rendre la surface des particules triméthylées, l'absorption et la disponibilité systémique peuvent être plus élevées par rapport à la silice pure, ce qui soulève une préoccupation pour la sécurité des consommateurs en raison d'un risque accru d'exposition interne aux nanoparticules.

FULLERENES (nano)

Le fullerène est composé de particules extrêmement petites (environ 1 nm) constituées d'un réseau de carbone. En raison de leur taille extrêmement petite, les particules de fullerène ont le potentiel de pénétrer les barrières membranaires biologiques lorsqu'elles sont exposées par voie cutanée, orale ou par inhalation. L'utilisation de fullerènes comme antimicrobien dans les cosmétiques a été signalée mais n'a pas encore été évaluée par le CSSC. En raison de la taille extrêmement petite des particules et de la nature persistante, l'utilisation du fullerène dans les produits cosmétiques est préoccupante en ce qui concerne la sécurité des consommateurs en raison du potentiel d'exposition systémique aux nanoparticules de fullerène.

SILICA (nano) 

La silice (SiO2) est un matériau insoluble et potentiellement persistant qui, sous forme non nano, est inerte et n'est pas susceptible de se dégrader/s'ioniser. Différentes formes de silice amorphe synthétique nanostructurée (SAS) ont été évaluées par le CSSC. L'avis (SCCS/1545/15) n'a cependant pu tirer aucune conclusion définitive ni pour ni contre la sécurité des matériaux SAS en raison de l'insuffisance des données de sécurité. Un autre avis du CSSC (SCCS/1606/19) a évalué la solubilité des matériaux SAS pour conclure que les matériaux SAS hydrophobes et hydrophiles pouvaient être considérés respectivement comme insolubles et très légèrement solubles. En l'absence de preuves concluantes de sécurité, l'utilisation de formes nanostructurées de silice dans les produits cosmétiques, en particulier celles qui peuvent entraîner une exposition par voie orale ou par inhalation à des nanoparticules, soulève des inquiétudes quant à la sécurité du consommateur.

HYDRATED SILICA (nano) 

Mêmes préoccupations que pour la silice, sauf que les particules de silice hydratée sont susceptibles d'être de taille relativement plus grande que celles de silice.

GOLD THIOETHYLAMINO HYALURONIC ACID (nano)

L'acide thioéthylamino-hyaluronique d'or est une matière insoluble et persistante. Plusieurs études disponibles indiquent qu'une pénétration cutanée de l'or colloïdal/nano, et qu'une modification de surface avec l'acide thioéthylamino-hyaluronique peut encore augmenter l'absorption des nanoparticules par la peau et d'autres voies d'exposition que les nanoparticules d'or pur. Ce matériau n'a pas encore fait l'objet d'une évaluation de sécurité CSSC. Certaines applications de l'ingrédient mentionnées dans le catalogue CE (défrisants) peuvent entraîner une exposition par inhalation. Ainsi, les problèmes de sécurité des consommateurs liés à l'utilisation de l'acide thioéthylaminohyaluronique d'or sont les mêmes que pour l'or colloïdal - c'est-à-dire en raison du potentiel d'exposition systémique aux nanoparticules.

CARBON BLACK/CI 77266 (nano)

Le noir de carbone est un matériau nanostructuré insoluble qui est utilisé comme colorant dans de nombreux produits cosmétiques. Il existe un avis positif du CSSC pour son utilisation dans les produits à application cutanée. Cependant, l'avis ne recommande pas d'applications susceptibles d'entraîner une exposition par inhalation du consommateur aux nanoparticules de noir de carbone en raison de la probabilité d'effets nocifs, y compris un potentiel d'induire des effets génotoxiques. L'avis ne couvre pas non plus les utilisations orales (telles que le blanchiment des dents) qui sont listés dans le catalogue CE. Par conséquent, il existe un problème de sécurité concernant l'utilisation du noir de carbone dans des applications qui peuvent entraîner une exposition du consommateur aux nanoparticules par voie orale ou par inhalation. Le CSSC a également noté dans l'avis SCCS/151/13 que la taille de particule la plus basse pour laquelle des données étaient disponibles était de 20 nm. Des informations supplémentaires seraient nécessaires sur l'utilisation de tout matériau de noir de carbone destiné à être utilisé dans des produits cosmétiques dont la taille des particules est inférieure à 20 nm. En outre, l'avis précise que la pureté des nanomatériaux de noir de carbone utilisés dans les produits cosmétiques devrait être>97%, avec un profil d'impureté comparable avec le ou les matériaux testés pour la toxicité dans la soumission, et que le ou les matériaux devraient être conformes aux spécifications de la FDA concernant sa production par la méthode au four.

COLLOIDAL GOLD (nano) et GOLD (nano)

L'or (Au) est un matériau insoluble et persistant qui, sous forme non nano, est inerte et n'est pas susceptible de se dégrader / s'ioniser de manière significative dans des conditions physiologiques. L'or colloïdal est actuellement en cours d'évaluation par le CSSC. Plusieurs études sont disponibles qui indiquent la pénétration cutanée de l'or colloïdal/nano. Certaines informations in vivo sur la toxicité de l'or colloïdal / nano sont également disponibles. Ses utilisations dans les produits défrisants pour cheveux peuvent entraîner une exposition par inhalation aux nanoparticules d'or, ce qui soulève des inquiétudes quant à la sécurité du consommateur en raison du potentiel d'exposition systémique aux nanoparticules d'or.

ALUMINA (Aluminium oxide, Al2O3) (nano)

L'alumine (Al2O3) est un matériau insoluble et potentiellement biopersistant, qui n'est pas susceptible de se dégrader / s'ioniser facilement. Sous sa forme non-nano, le matériau est considéré comme relativement inerte. Cependant, l'utilisation d'une nanoforme d'alumine dans les produits cosmétiques n'a pas encore fait l'objet d'une évaluation CSSC. À l'instar d'autres nanomatériaux insolubles / persistants, l'utilisation de nanoformes d'alumine dans les produits cosmétiques soulève une préoccupation pour la sécurité du consommateur en raison du potentiel d'exposition systémique aux nanoparticules.

HYDROXYAPATITE (nano)

L'hydroxyapatite sous forme non nano est un matériau naturel qui fait partie des os et des dents. La nano-forme d'hydroxyapatite fait actuellement l'objet d'une évaluation de sécurité par le CSSC pour des applications orales (bain de bouche, dentifrice). Il existe des préoccupations concernant l'absorption potentielle de nanoparticules d'hydroxyapatite dans la muqueuse buccale et le potentiel d'effets nocifs chez le consommateur.

LITHIUM MAGNESIUM SODIUM SILICATE (nano)

Peu d'informations pertinentes sont disponibles dans la littérature concernant les formes non nano et nano de silicate de lithium, de magnésium et de sodium. Par conséquent, les mêmes problèmes de sécurité s'appliquent à ce nano-matériau, que ceux concernant la silice.

SODIUM PROPOXYHYDROXYPROPYL THIOSULFATE SILICA (nano)

Peu d'informations sont disponibles dans la littérature concernant les formes non nano et nano de propoxyhydroxypropyl thiosulfate de sodium silice. Par conséquent, les mêmes préoccupations s'appliquent à ce nanomatériau, que ceux concernant la silice, sauf qu'avec une telle modification de surface, l'absorption et la disponibilité systémique peuvent être plus élevées par rapport aux particules de silice pure, ce qui soulève une préoccupation pour la sécurité des consommateurs en raison d'un risque accru d'exposition aux nanoparticules.

SODIUM MAGNESIUM FLUOROSILICATE (nano)

Le fluorosilicate de sodium et de magnésium est un matériau soluble qui, sous forme non nano, a une toxicité faible voire nulle. La nanoforme du matériau n'a pas encore fait l'objet d'une évaluation de sécurité par le CSSC.

SODIUM MAGNESIUM SILICATE (nano)

Le silicate de sodium et de magnésium est un matériau soluble qui, sous forme non nano, présente une toxicité faible voire nulle. La nano-forme du matériau n'a pas encore été évaluée en matière de sécurité par le CSSC.

CI 77947 (Zinc Oxide) (Colorant) (nano) et Zinc Oxide (Filtre UV) (nano)

L'oxyde de zinc (ZnO) est un matériau insoluble qui, dans des environnements biologiques non statiques, continue de libérer des ions Zn jusqu'à ce que les particules soient complètement solubilisées. A de faibles concentrations, les ions Zn ne sont pas considérés comme préoccupants en raison de la fonction biologique essentielle du zinc et de l'existence d'un grand pool de Zn dans le corps. Il existe un avis positif du CSSC sur l'utilisation de certaines nanoformes comme filtre UV dans les produits à application cutanée en raison d'un manque d'absorption cutanée sous forme de particules insolubles. Les applications orales sont également mentionnées dans le catalogue CE (rouges à lèvres et produits de soin des lèvres). L'utilisation de nanoformes de ZnO avec différents revêtements comme filtre UV est actuellement en cours d'évaluation par le CSSC.

Les conclusions de l'avis concernant 3 ingrédients

Les avis précédents du CSSC concernant ces nanomatériaux étant restés non concluants, la commission européenne a demandé un avis spécifique sur ceux-ci. Nous publions ici les conclusions fournies par le CSSC, nous vous invitons à vous reporter au document source pour plus de détails.

COLLOIDAL SILVER (nano) 

Compte tenu de l'examen collectif des aspects physico-chimiques, toxicologiques et d'exposition mentionnés dans l'avis, le CSSC est d'avis qu'il y a lieu de s'inquiéter du fait que l'utilisation d'argent colloïdal (nano), dans des produits cosmétiques, peut poser un risque pour la santé du consommateur. Le CSSC sera prêt à évaluer toute preuve fournie pour étayer une utilisation sûre du matériau dans les produits cosmétiques.

STYRENE/ACRYLATES COPOLYMER (nano) 

Compte tenu de l'examen collectif des aspects physico-chimiques, toxicologiques et d'exposition mentionnés dans l'avis, le CSSC est d'avis qu'il y a lieu de s'inquiéter du fait que l'utilisation de nanobilles de copolymère styrène / acrylate encapsulant d'autres substances, dans les produits cosmétiques, peuvent présenter un risque pour la santé du consommateur. Le CSSC sera prêt à évaluer toute preuve fournie pour soutenir une utilisation sûre du matériau dans les produits cosmétiques.

SILICA, HYDRATED SILICA, AND SILICA SURFACE MODIFIED WITH ALKYL SILYLATES (nano)

Compte tenu de l'examen collectif des aspects physico-chimiques, toxicologiques et d'exposition mentionnés dans l'avis, le CSSC est d'avis qu'il y a lieu de s'inquiéter du fait que l'utilisation de matériaux SAS, dans les produits cosmétiques, puisse poser un risque pour la santé du consommateur. Le CSSC sera prêt à évaluer toute preuve fournie pour étayer une utilisation sûre du matériau dans les produits cosmétiques.

 

En conclusion, cet avis nous conforte dans l'idée que les nanomatériaux (>50% de nanoparticules) utilisés dans les produits cosmétiques sont loin d'être neutres et très préoccupants. Bien qu'on maîtrise leur transformation, il reste encore du chemin pour tout connaître de leur impact sur notre santé. Pour ces raisons et selon le principe de précaution, les ingrédients présents sous cette forme dans les produits cosmétiques sont fortement pénalisés par l'application INCI Beauty.  

Sources :

- Catalogue of nanomaterials in cosmetic products placed on the market - Version 2
- SCIENTIFIC ADVICE on the safety of nanomaterials in cosmetics

 

Pour en savoir plus et accéder à toutes les fonctionnalités

Téléchargez notre application !

INCI Beauty est un projet indépendant. Pour le soutenir, vous avez la possibilité de faire un don. Merci.