Dioxyde de Titane : le feuilleton continue !

Temps de lecture : 3 minutes | Publié le 07/02/2020 | Jean (INCI Beauty) | Partager sur

La commission vient de demander au comité scientifique européen (CSSC), un nouvel avis concernant l'utilisation du Dioxyde de Titane dans les produits cosmétiques. Cette demande fait suite au classement de la molécule en tant que "Cancérogène possible (catégorie 2) par inhalation" en octobre dernier au niveau de l'Europe (règlement CLP). Le CSSC a 6 mois pour rendre son rapport.

Rappel des faits

En 2000, une opinion du CSSC conclut à l'innocuité du dioxyde de titane lorsqu'il est utilisé dans les produits cosmétiques.

En 2013, le CSSC indique que le TiO2 sous forme de nanoparticules ne pose pas de problème dans les cosmétiques et qu'il peut être utilisé sans risque jusqu'à 25% de concentration : typiquement, cela concerne principalement son emploi dans les crèmes solaires.

En septembre 2017, le comité européen d'évaluation des risques (RAC) émet un avis recommandant une classification du TiO2 comme Cancérogène de catégorie 2 (par voie d'inhalation seulement), c'est-à-dire le premier grade qui signifie : Cancérogène suspecté par inhalation. 

En 2018, le CSSC, lors d'une nouvelle opinion, revoit un peu ses positions et indique que "les informations fournies sont insuffisantes pour permettre d'évaluer la sécurité de l'utilisation du TiO2 NANO lorsqu'il est utilisé sous des formes pouvant entraîner une exposition des poumons du consommateur."

Le 4 octobre 2019, le TiO2 est classé en tant que Cancérogène de catégorie 2 (inhalation) (règlement CLP) : «Cette classification comme cancérogène par inhalation ne s'applique qu'aux mélanges mis sur le marché sous forme de poudre contenant 1% ou plus de dioxyde de titane incorporé à des particules de diamètre aérodynamique inférieur à 10 µm ».

En janvier 2020, l'industrie de la cosmétique, qui défend son bout de biscotte, soumet un dossier pour soutenir la sécurité du TiO2 afin de pouvoir continuer à l'utiliser en cosmétique. Étant donné que la forme nano de TiO2 est déjà restreinte en vertu de l'entrée 27a de l'annexe VI du règlement 1223/2009 (c'est-à-dire qu'elle ne doit pas être utilisée dans des applications pouvant entraîner une exposition des poumons), ce dossier ne couvre que le TiO2 non Nano. Plus précisément, ce dossier se limite aux utilisations du TiO2 (non nano) dans les produits cosmétiques pouvant donner lieu à une exposition du consommateur par voie d'inhalation (c'est-à-dire aérosol, spray et produits en poudre).

Une nouvelle évaluation pour 2020

En raison de ces nouvelles informations, la Commission Européenne demande donc au CSSC de procéder à une "nouvelle" évaluation de la sécurité du TiO2. Le CSSC a 6 mois pour rendre son verdict ! Suspense ...

* TiO2 = Dioxyde de titane

Source : 

Request for a scientific opinion on Titanium dioxide

 

Pour en savoir plus et accéder à toutes les fonctionnalités

Téléchargez notre application !